Principaux Lots de travail de RUMI

WP.1 : Gestion du projet

Conscients de l’importance d’une gestion efficace du projet, les partenaires du consortium RUMI s’accordent à consacrer 8 réunions pour assurer une bonne conduite du projet selon les standards d’assurance qualité les plus recommandés. Ainsi, est-il prévu d’organiser, entre la réunion d’engagement (1.1) et la réunion finale (1.9), 6 autres réunions de suivi (1.4-1.8). C’est dire toute l’importance que nous accordons à un bon cadrage du projet selon ce qu’appellent les bonnes démarches et pratiques d’un management pertinent des cycles du projet.

Par ailleurs, le cadre logique et son cautionnement par l’ensemble des partenaires, dès la réunion d’engagement, constituera un tableau de bord qui permettra à l’ensemble des partenaires, et à n’importe quel moment, de bénéficier d’une vision claire sur le déroulement des étapes du projet et le degré d’avancement dans la réalisation des objectifs spécifiques déclinés.

Les démarches d’évaluation de l’avancement du projet informeront l’ensemble des partenaires sur le degré de progrès que réalisent respectivement chaque partenaire et dégager une vue d’ensemble sur le taux de réussite et/ou les risques qui pourraient survenir durant la vie du projet. Ceci aura pour mérite d’évaluer le degré d’implication des uns et des autres et de rattraper les retards quand ils sont pressentis.

En outre, un plan d’action (1.2) sera également présenté et avalisé dès la réunion d’engagement pour, entre autres, décrire les actions en termes mesurables et cibler clairement qui fait quoi. Des actions concertées entre l’ensemble des partenaires aideront à définir les profils des responsables des centres ressources qui vont bénéficier de la formation des formateurs (WP.6) et des membres du comité IDMAJE.

Par ailleurs, l’ensemble des réunions prévues permettra aux partenaires de suivre régulièrement le budget du projet. Après chaque réunion un rapport sera préparé. Ce lot sera coordonné par UNICA avec le soutien d’UAE (coordinateur marocain).

WP.2 : Réseau des Universités du Maroc pour l’enseignement inclusif :

Ce projet vise à mettre en place un Réseau des Universités Marocaines pour l’enseignement Inclusif-RUMI.

Les parties prenantes de ce projet s’attelleront à s’inspirer des expériences réussies (2.1) et à capitaliser les bonnes pratiques qui permettront de tirer bénéfice de l’esprit et structures des réseaux tels qu’ils sont conduits avec succès au niveau national et international en Europe. Ce lot sera coordonné par UAE.

Le comité de pilotage engagera le débat pour se mettre d’accord et finaliser la mission, le rôle et le statut du RUMI (2.2). Le but étant de décliner une vision claire qui conduira à institutionnaliser le Réseau (2.3), ce dernier agira en tant qu’organe capable de conduire le changement pour plus d'inclusion dans le système de l’enseignement supérieur au Maroc. La démarche du RUMI sera de lancer, en premier lieu, une dynamique inclusive au sein des universités marocaines partenaires basée sur la coordination des actions et la mutualisation des efforts. Dans un deuxième temps, RUMI cherchera à fédérer le maximum de parties prenantes et d’universités marocaines surtout celles les plus périphériques, les moins bien structurées et les plus en retard sur les pratiques de l’inclusion et d'égalité des chances. Le RUMI, après officialisation de son statut par les présidences des universités marocaines partenaires (2.3), s’érigera en tant qu’interface de médiation ou porte-parole des instances universitaires auprès des ministères et des autres parties prenantes.

Un des livrables importants de ce lot est de mettre au point et d’éditer un guide de bonnes pratiques en matière de réseautage universitaire (2.5) destiné à soutenir la mise en place du comité «IDMAJE» (2.4), du RUMI et de sa stratégie de fonctionnement.

Par souci de consolider le travail du RUMI et lui donner un écho à l’international, le Comité technique IDMAJE cherchera à adhérer à une Plate-Forme de Coopération Internationale (7.3) pour échanger des bonnes pratiques visant à soutenir les étudiants cibles.

 

WP.3 : Enquête sur l'inclusion dans l'enseignement supérieur marocain

L’élaboration de l’enquête sur l’enseignement inclusif au Maroc offrira l’opportunité de dégager une vue d’ensemble sur les contraintes qui sanctionnent les étudiants en difficultés d’intégration dans l’enseignement supérieur. L’idée est de conduire une enquête au sein des universités marocaines (3.2) et de collecter l’information existante dans les lycées (3.3) qui relèvent des académies où sont implantées celles-ci. Cette démarche est d’une importance capitale pourmettre en exergue les freins qui opèrent au niveau du passage du lycée à l’université. Au jour d’aujourd’hui n’existe aucune analyse ou étude qui mesure et explique, par exemple, la différence entre le taux des élèves avec handicap qui obtiennent le baccalauréat (3%) et ceux qui accèdent réellement à l’université (0,11%). Il y a lieu de comprendre pourquoi certains élèves sont sanctionnés injustement lors du passage du lycée à l’université.

Un questionnaire (3.1) aidera à collecter les informations concernant les 4 groupes cibles et recouper les données qui se trouvent dans l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur au Maroc, chose qui n’existe pas également de nos jours.

Vu l’importance de ces données, il est attendu l’implication des ministères de tutelle, des académies et d'autres organismes nationaux concernés.

Une carte (3.4) aidera à illustrer les besoins nécessaires à la promotion de l’inclusion dans les universités marocaines, tout en y mesurant le degré de l'évolution de l'inclusion à partir de 2014 que nous considérerons comme date de référence pour les mesures futures.

On réalisera les livrables suivants :

- Une collecte d’information et une analyse qui concerne aussi bien les universités marocaines partenaires que les académies de l'enseignement secondaire (3.3);

- Une enquête nationale au niveau de l’enseignement supérieur (3.2);

- Un SWOT présentera une situation de référence (3.4);

- Une carte des besoins dans les universités marocaines (3.4).

WP.4 : Sensibilisation sociale et Diffusion

RUMI fera de la sensibilisation et de la divulgation un enjeu majeur pour concrétiser les objectifs spécifiques de ce projet. Pour commencer, un plan de sensibilisation et de diffusion (4.1) fera l’objet d’une concertation entre les membres du consortium pour donner le plus rapidement possible, et dès le démarrage du projet, le coup d’envoi de cette campagne en se basant sur les pratiques les plus pertinentes en termes de sensibilisation et de bonne communication autour du projet. La version bêta du site web du projet (4.2) sera fonctionnelle, bien évidemment, dès la première réunion d’engagement; les améliorations éventuelles se baseront sur les recommandations proposées par les membres du consortium.

La réalisation d’un film documentaire (4.3) participera judicieusement à faire comprendre la problématique de l’inclusion et de l’égalité des chances au large public puisque l’idée est de réussir à diffuser ce film sur les chaînes de télévision marocaines et étrangères et de le projeter lors des multiples rencontres de sensibilisation. Par ailleurs, les témoignages des étudiants cibles participeront à y mettre en exergue les difficultés et contraintes qui sanctionnent leur parcours de formation et d'apprentissage et joue un rôle de frein vis-à-vis de leur inclusion universitaire. Le choc des images et la justesse des propos participeront à faire passer les messages d’une manière pertinente et rapide. Une campagne médiatique (4.4) savamment orchestrée donnera de l’écho à notre démarche, car il est y question d’organiser plusieurs activités de sensibilisation et de diffusion en faveur de l’inclusion.

Un dépliant promotionnel (4.5) sera conçu et réalisé pour faire connaitre le rôle du RUMI de la manière la plus attrayante et ludique possible. En plus, un bulletin d’informations (4.6) fera le point sur le déroulement du projet en mettant l'accent sur les recommandations et les résultats atteints.

 

WP.5 : Journées d’études: Inclusion et égalité des chances dans les universités marocaines

Il est important pour RUMI de cerner, en un premier temps, la problématique de l’inclusion et de l’égalité des chances dans les universités marocaines partenaires et de chercher, en un deuxième temps, à dégager une appréciation générale, ou une vue d’ensemble, de cette problématique dans le système de l’enseignement supérieur au Maroc.

Les évènements envisagés s’articuleront autour de 2 thématiques, à savoir les notions et les stratégies de l’inclusion et de l’égalité des chances (5.1), d'une part, et les défis et enjeux de l’approche genre (5.2) d'autre part. Ces 2 évènements se dérouleront respectivement à UIR et USMS. Il s’agira à chaque fois d’établir des grilles d’évaluation (5.3) ou des indicateurs qui auront le mérite de renseigner aussi bien sur l’état des lieux dans les universités que sur la quantité du travail qui reste à accomplir. Les actes des 2 journées (5.3) présenteront d’une manière générale les indicateurs d’évaluation de l’inclusion et de l’approche genre dans les universités marocaines et souligneront, plus en détails, les besoins spécifiques à chacune des universités marocaines partenaires. L’information rassemblée sur chaque université partenaire complémentera les résultats de l’enquête national (3.2).

De même, ces évènements offriront l’occasion aux universités organisatrices d’inviter les responsables ministériels et locaux, et les ONG concernées à participer aux discussions. Ainsi, une action de sensibilisation et de concertation entre les parties prenantes sera menée à bien pour faire connaitre la stratégie du RUMI et les actions de l’IDMAJE. Il est également attendu de ces journées d’aider les partenaires européens à s’imprégner de la réalité de la situation dans les universités marocaines, de comprendre les difficultés qui entravent la démarche de l’inclusion dans le système de l’enseignement supérieur et d’identifier les besoins en formation pour les responsables des universités marocaines partenaires qui bénéficieront des formations en UE.

WP.6 : Formation sur l'inclusion et l'égalité des chances dans les universités européennes

RUMI compte opter pour une stratégie de formation de formateurs pour s'inscrire dans la logique de l'enseignement inclusif en faveur des 4 groupes cibles de notre projet. Ces formations seront organisées en Europe et sont considérées comme des moments opportuns pour maîtriser les outils qui permettront aux responsables des « centres ressources » de pallier les difficultés que rencontrent les étudiants des groupes cibles pour accéder à la formation et l’information. Ces formations constitueront une opportunité pour appréhender les méthodes pédagogiques dispensées en UE et voir comment les adapter à la réalité dans les universités marocaines. Les formations mettront aussi l’accent sur:

- l'accessibilité physique des établissements et des liens avec la communauté urbaine et la municipalité

- l'accessibilité pédagogique: place des TICE (informatique accessible, en libre accès; logiciels adaptés…) l'accès aux bibliothèques et médiathèques; l'aide à des aménagements spécifiques mal connus et aux ressources en ligne de libre accès

- l'information et la formation du personnel à cette problématique et à l'accueil des publics identifiés

- l’utilisation du matériel qui sera acheté pour équiper les centres ressources.

De même, les expériences qui vont être déclinées par les partenaires européens en matière de l'approche genre devront apporter une réelle avancée dans l'appropriation des méthodes et outils qu'exigent la mise en place d'une véritable politique basée sur la philosophie et les finalités de l'approche genre. 3 formations (6.1, 6.2, 6.3) sont envisagées.

USMS se chargera de synthétiser les moments forts de ces formations dans des rapports (6.4) qui mettront en lumière les bonnes pratiques exposées lors de chaque formation et souligneront les recommandations retenues pour conduire des processus similaires dans les universités marocaines. Ainsi l'échange d'idées entre partenaires marocains et européens constituera un modèle probant pour le transfert du savoir-faire.

WP.7 : Durabilité

Les responsables du RUMI, ainsi que le comité IDMAJE, miseront fortement sur la durabilité du projet pour faire des concepts de l'inclusion, de l'égalité des chances et de l'approche genre une véritable culture qui doit s'ancrer durablement dans les universités marocaines. Ceci doit être le fruit de la prise de conscience des présidences des universités quant à l'importance de cette stratégie dans le processus de modernisation de l’enseignement supérieur au Maroc. C'est également le fruit de la mutualisation des efforts des responsables politiques, des ONG, de la communauté universitaire et des parties prenantes. Plusieurs mesures sont envisagées pour traduire ces intentions dans la réalité au sein des universités marocaines. L'officialisation de la charte des présidences et des ministères (7.1) doit être engagée. L’implication des ONG et les parties prenantes (7.2) et la création d’une Plate-forme de Coopération Internationale (7.3) doivent s'articuler pour faire prévaloir dans le système de l'enseignement supérieur au Maroc l'esprit de l'inclusion, de l'égalité des chances. IDMAJE s’attellera à mettre en œuvre les valeurs de la justice, de la démocratie et de la modernité. Les deux ministères marocains impliqués dans ce projet, ainsi que l'Observatoire National du Développement Humain (ONDH), qui relève des prérogatives du Chef du gouvernement marocain, sont autant d’instances publiques qui donneront tout le poids nécessaire à l'institutionnalisation du processus de l'inclusion et de l'égalité des chances dans les universités marocaines. Leur action portera également sur la situation en amont de l’université, c'est à dire dans le secondaire en ce qui concerne les lycées.

A la fin du projet une publication (7.5) sera livrée lors du séminaire final (7.4) qui comptera avec la participation des parties prenantes aux niveaux national et international.

WP.8 : Assurance qualité du projet

Le suivi et la qualité du projet seront une responsabilité partagée par tous les membres du consortium. A cet égard, ce lot est d'une importance capitale afin d’assurer l’efficacité des méthodes d’évaluation, des outils d'assurance qualité et des indicateurs mesurables. CGU sera en charge de la gestion de ce work package ensemble avec un Comité d'assurance de la qualité (8.1) qui sera mis en place lors de la réunion d’engagement (1.1). Le Comité, qui sera présidé par CGU, sera composé de quatre experts du consortium. Le Comité d'assurance de la qualité se réunira à l'occasion de chaque réunion de gestion (1.3, 1.4, 1.5, 1.6, 1.7, 1.8 et 1.9) et partagera ses impressions et ses recommandations avec tous les membres du consortium. Ils donneront des conseils réguliers au cours de la vie du projet, évalueront le développement et l’impact progressif des activités sur les 4 groupes cibles et procéderont à la sélection des personnes ressources à former. Le profil de ces derniers sera défini à la base des CV et des lettres de motivation, le processus de sélection sera défini dans les directives pour la qualité des activités (8.3).

Dès le début du projet, l'expert qualité s'appuiera sur les indicateurs de la matrice de cadre logique pour mesurer les progrès des différentes activités et les déviations éventuelles. Le Comité sera chargé de concevoir un Plan de qualité et de suivi (8.2) et d'assurer l'évaluation de toutes les activités du projet à travers différents moyens: des formulaires d'évaluation, des entretiens, des discussions avec les différentes parties prenantes impliquées dans le projet, etc. Ils seront également chargés de superviser l'ensemble des rapports et des publications produits dans le cadre du projet et de s’assurer que les activités suivent les directives (8.3) établies pour garantir la qualité du projet. A la fin de celui-ci, le Comité rédigera un Rapport d’évaluation (8.4).